Trois axiomes pour Vivre Vraiment

Trois axiomes pour Vivre Vraiment
0 votes, 0.00 note moyenne (0% score)

Allez, disons-le ou redisons-le, vivre vraiment, c’est d’abord et avant tout prendre la responsabilité de sa vie, telle qu’elle est, avec ses ombres et ses lumières, avec ses réussites et ses échecs, avec ses mystères, ses surprises et toujours son incompressible potentiel de changement.
À un moment crucial de mon parcours, alors que les aspects professionnels et personnels de ma vie s’entrechoquaient, j’ai rencontré, au cours d’un séminaire de développement personnel par l’approche théâtrale, une philosophie simple et belle qui depuis soutient mes rêves et mes actions. Elle tient en trois axiomes indissociables (un axiome est une proposition indémontrable sur laquelle on s’appuie et que l’expérience vient confirmer).

joie-de-vivreLe premier : « une chose est une chose… »

Il faut bien commencer par le commencement… Une chose est une chose et la première chose à faire est de nommer les choses. Déjà les anciens chinois utilisaient l’expression « rectifier les noms » pour dire de mettre de l’ordre. Cela veut dire appeler un chat un chat. Et là où le langage du politiquement correct nous invite parfois à édulcorer ou tergiverser, là où une timidité pas toujours légitime nous empêche de dire les choses, il est bon d’apprendre à dire et se dire.
Vivre vraiment, cela passe par une forme d’intégrité qui se construit et se manifeste par nos paroles et nos actes, donc nommons ! Nommons les désirs et les peurs, les regrets et les rêves, nommons les joies et les souffrances, pour ce qu’ils sont. Regardons notre vie sans jugement et sans honte, sans fausse modestie non plus, regardons ce qui est et nommons. Nommons par exemple ce malaise qui nous envahit à l’idée de reprendre le travail, nommons ce doute qui nous étreint en avalant une énième couleuvre, nommons aussi ce rêve à demi enfoui d’une vie plus pleine, plus enthousiasmante, plus…

Le deuxième : « Accepte-la… »Hands together with palms up

Paraphrasant Pascal, disons qu’aujourd’hui « tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir accepter les choses telles qu’elles sont. » Accepter les choses telles qu’elles sont ne veut pas dire baisser les bras ou donner son accord à ce qui ne nous convient pas. Il s’agit, avant que l’élan de la réaction ne nous agite, de prendre le temps de dire « oui » à ce qui est. Il est une sagesse profonde dans ce « oui » a priori, celle de l’accueil inconditionnel qui permet de transformer. Illustrons le propos : souvent, face à une personne en colère, nous cherchons à la calmer. Ce faisant, nous nions en quelque sorte sa réalité (quelque chose ne lui va pas) pour répondre à notre propre besoin, sans d’ailleurs l’exprimer. En refusant l’autre dans sa réalité, nous renforçons la tension déjà présente. Au lieu de cela, disons « oui » à cette colère qui s’exprime devant nous, acceptons-là vraiment : nous permettons ainsi qu’elle se transforme et nous ouvrons un espace pour un dialogue différent. Et cela fonctionne aussi pour soi-même : acceptons nous et acceptons notre vie, pour lui permettre de se transformer en ce qui que nous voulons vivre vraiment…

Creation d'AdamLe troisième : « Crée avec… »

Et bien oui, c’est logique… J’identifie une chose, je l’accepte telle qu’elle est et dès lors s’ouvre devant moi l’infini champ du possible. Je peux transformer, déformer, utiliser, transcender cette chose que j’ai nommée et acceptée. Je peux maintenant choisir ce que je veux faire de ce qui est là. Car nous sommes les créateurs de notre vie, chaque fois que nous choisissons en conscience. Synchronicités ou heureux hasards, lorsque nous avons choisi et défini un cap, ancrés dans l’acceptation profonde de qui nous sommes, l’univers tout entier semble se mettre à notre service. Nous entrons alors dans l’espace de la création, nous nous allions à la mécanique du changement perpétuel, à la vie qui se déploie sur le fil de nos vies, vagues roulant depuis la nuit des temps, sur lesquelles nous pouvons joyeusement glisser tant que le temps nous est donné, ou bien qui nous ballottent et nous chahutent chaque fois que nous résistons…

Une chose est une chose, accepte-la, crée avec… Un viatique simplissime et puissant pour un voyage vers ce qu’est vivre vraiment.

Pour aller plus loin, deux stages :
Oser son potentiel, auquel nous faisons souvent référence dans ce blog
Oser Exprimer Créer, comme une invitation à libérer de l’espace en soi pour vivre vraiment

 

 

Soyez sociables, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>